Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Mémé Mounic
  • Le blog de Mémé Mounic
  • : la vie d'une mémé de Provence...
  • Contact

Recherche

15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 18:49

Savez-vous que la montée à l'estive avait lieu à partir du 15 mai, dans le temps?
Ce sera le 16 mai, demain, que nous accompagnerons notre ami Auguste pour son dernier voyage, sa dernière montée à l'alpage...
L'étoile du berger a une belle lumière, depuis quelques nuits...Depuis qu'il est parti garder l'avé avec les anges..
Il a choisi sa dernière draïo, et s'en est allé,de son pas tranquille, rejoindre ses parents et ses frères........

(tableau de F.Novarino -sentier de la montagne sainte)
*******************************************
Il me revient en mémoire les jours heureux où nous allions à sa bastide, avec mes parents, pour voir les voisins de sa famille, au hameau....
Quand elle nous voyait arriver, la maman d'Auguste sortait vite de sa cuisine, séchant ses mains à son tablier noir, et nous accueillait avec ce beau sourire qui plissait ses joues et ses yeux.....
A n'importe quelle heure, sa table était ouverte, et on discutait à l'ombre du vieux mûrier, sur la terrasse....
Ces gens avaient appris à leurs trois fils, la bonté, le sens de l'amitié et la valeur des choses et du travail...


J'ai peu connu Lucien.


Pierre était un personnage haut en couleur, aimé, écouté  et respecté dans le monde paysan et ovin , de la plaine de La Crau, en Camargue, jusqu'à l'Italie.Un homme droit et honnête...


Auguste, lui, était le maître berger..
Son parapluie en bandoulière, je le revois rentrer ses fèdes,

après une longue journée à surveiller le troupeau...
Et quand venait la saison de la tonte, devant le jas...........
Il parlait peu.Taiseux comme tous les bergers.
Mais dans son beau regard chantait toute la bonté de la terre...
Les gens de cette famille avaient quelque chose qui ne s'achète pas, ni avec l'argent,ni avec le pouvoir...
Une élégance tranquille que leur donnait leur gentillesse naturelle...
Ils sont partis.

Auguste ferme la marche.....


Quand je vais passer par Bayonny ou le Lac Redon,dans les sentiers de Longue Tubi ou le chemin de Carpanel, que Dieu me fasse la grâce , quelquefois, quand le mistral se lèvera, d'entendre Auguste siffler ses chiens pour rassembler le troupeau....

juste quelques fleurs des champs,
pour dire un au revoir à notre ami.

Il s'appelait Auguste, et il était berger.................

Repost 0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 11:37

Voilà que ça commence à sentir pour de bon le printemps....
Les amandiers sont en fleurs, les violettes ont sorti le bout de leur nez, les jacinthes se sont fait les frisettes!

ici, mon vieil amandier "princesse" dont les amandes ont une coque si tendre qu'on la casse entre les doigts..

pourvu qu'il ne gèle pas!

ses fleurs sont si jolies!

une "prunièro fero" un prunier sauvage....
On dirait qu'il a neigé sur ses branches!

J'aime bien ce rose pastel....

et les violettes...elles sont là depuis plus de trente ans...
merci mon papa! je les soigne comme la prunelle de mes yeux!

et les jacinthes qui refleurissent! comme ça sent bon!
ça sent le Printemps, je vous dis!
Adieu rhumes, rhumatismes,....et rhum dans le grog!
Vive le beau temps qui revient....
Quand j'étais plus jeune, je n'y pensais pas; maintenant, en avançant dans l'âge, ma vieille carcasse préfère le soleil!!!!

Et vous les amis?

Bonne semaine! et gros bisous!

mémé

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 13:21

On dit que le bois chauffe trois fois:
-quand on le coupe
-quand on le charrie
-quand on le brûle....
Avec pépé, depuis 45 ans que nous nous supportons, nous avons choisi le chauffage au bois...
Dans notre bon vieux poêle Godin, qui chauffe vaillamment toute la maison.
Pas de double vitrage chez nous.Et cet hiver le thermomètre est descendu plusieurs fois à moins 10°, moins 12°,
dans la nuit....
Nous dormons tranquilles....Il fait 22° le jour et 18° la nuit....Idéal pour nos vieux os..................
Le problème, c'est que de temps en temps, il faut penser à reconstituer le stock!
L'hiver n'étant pas fini, nous avons refait la provision cette semaine.

pépé a mis la tronçonneuse en marche,

et moi, j'ai allumé la scie électrique.
Les voisins devaient être contents du calme revenu, le soir, quand nous avons arrêté de couper!
Et personne n'est venu nous bercer, à l'heure d'aller aux plumes!
Nous étions cuits...au feu de bois!

Gros bisous!  

Repost 0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 20:47

Aimez vous les...pois chiches?
 oui, je sais, c'est moins romantique que "aimez vous Brahms"? mais bon!!!
Enfin, moi, j'adore les "pounchus"....
Alors chaque année, en février , je sème les miens!
(qu voù un bouan césié lou fa doù mes de fébrié!je traduis : qui veut un bon champ de pois chiches les sème au mois de février) ....
Je n'ai jamais acheté de graines.Ce sont toujours les pois chiches "descendant" de ceux que semait mon papa, dans les années 80....
Tout ça pour vous dire que mardi, zou mémé, au boulot!je suis partie au potager.Là ,c'est mon "royaume"!!!Toute seule, peinarde!
personne ne me parle, enfin juste moi qui parle seule.....

il ne faisait pas chaud, je vous le dis!

mais dans la terre, mes "pounchus" n'auront pas froid!
Après,en remontant à la maison j'ai "tirassé" pépé à l'autre jardin! sinon, il campe devant la télé, et s'endort! allez hop! au boulot!bouléguan!
pépé a coupé des branches mortes aux arbres, et moi,j'ai brûlé.Il parait que ce sont les sorcières qui réussissent les plus beaux feux!!!

Là , dans ce calme de le campagne, je suis bien...
Pour que mon bonheur soit complet, il ne me manque que ma brave Diane, qui me suivait partout, et qui n'est plus là....

ma belle....
C'est comme ça la vie...
Gros bisous, et bon samedi....

mémé

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 18:18

Dans mon dernier billet, je vous parlais de la Bastide de La Gravière, qui a servi de cadre à l'assemblée générale de notre cave coopérative vinicole.

Vous savez que les coordonnées y sont indiquées.

contact@lagraviere.fr

vous y trouverez chambres d'hôtes, pension pour chevaux, et bien sûr, du bon vin du terroir!

Comme vous devez vous en doutez, avant d'entrer, j'ai fait un petit tour , dans la cour de la bastide...
Magique! regardez:

au bord du bassin, un chat regarde le soleil se coucher

et éclairer de ses derniers rayons les murs de la vieille bastide...

quand j'étais une jeune fille, je venais voir mes amies Annie, Danielle et Martine qui habitaient là...
J'ai en mémoire leur maman,grande fumeuse devant l'éternel, et ses "gauloises"...et leur père Simon,si jovial!C'était il y a longtemps...
J'ai vu

le vieux pressoir , sur l'aire pavée.....

la Ventarelle! pas jeune, elle non plus!

le puits cabané, où l'on puisait l'eau pour les gens et les bêtes...

le rouleau de pierre, que tractait le cheval, pour la moisson, quand on foulait le blé...

les cours intérieures..............

le cyprès, arbre omniprésent dans les Bastides....

si ces pierres pouvaient nous conter l'histoire de cette belle propriété, elles en auraient des choses à nous dire!
Mais elles ne sont pas bavardes....
Et c'est mieux comme ça.
Le mystère et la beauté du lieu restent entiers.....
c'est si beau! Il suffit d'ouvrir ses yeux, et d'admirer, comme je l'ai fait....

Se poudien durbi li parpello
sus lou mounde reboulissènt,
la vido semblariè tant bello!

( s'ils pouvait ouvrir leurs paupières
sur le monde en "ébullition" ,
la vie semblerait si belle!)
J.Turcan.

Gros bisous!
mémé

Repost 0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 13:28

En vous parlant de Renée, notre bugadière, il m'est revenu en mémoire le temps pas si lointain (pour moi)
peut-être 40 années en arrière, où son père Edouard Icard, gardait les moutons dans le quartier de Blanquefort...

je n'ai jamais rencontré, de ma vie, un homme aussi gentil et aimable....
Taiseux, comme tous les pastres, il était toujours souriant, avec un regard franc et lumineux....Et cette petite "bélugue" de bonheur dans l'œil quand on s'intéressait à ses fèdes et à son beau métier de berger.

je dois vous dire que

dans ma jeunesse, le jeudi était jour de congés

pour les écoliers ; ce n’était pas un jour où l’on

ne faisait rien, loin de là, enfin dans notre famille,

c’était comme ça, on aidait soit au ménage, soit

aux travaux du jardin ou de la campagne. La mère

de mon père, mémé Madelon , était une maîtresse

femme, qui commandait son monde comme

personne !

Une main de fer dans un gant d’acier ;

dure à la besogne, elle n’acceptait pas que l’on

reste inactif. Il fallait toujours travailler : faire de

l’herbe aux lapins, monter la pâtée aux poules

par un chemin escarpé qui menait à une ancienne

aire de battage où trônait un immense poulailler

bâti à même la roche, toujours visité par des

couleuvres et des lézards verts ..

Nous allions au jardin potager, dans les vignes faire les

travaux de saison, enfin nous étions toujours occupés…

Un jour que j’étais partie sans ma mémé

au quartier de Saint-Martin ,pour ramasser les avis,

(les sarments de vignes), j ‘entendis un drôle de

petit cri, un bêlement si faible que je crus avoir

rêvé !

Dans les buissons de l’autre côté de la route,

un agnelet qui ne tenait pas sur ses petites

jambes appelait sa mère, bêlant à fendre l’âme !


Une mère bien insouciante qui avait suivi le

troupeau, laissant en plan sa progéniture.

N’écoutant que mon bon cœur, je pris le bébé

visqueux et gluant et le transportait dans mon

tablier jusqu’à Jauffret où j’avais vu le Pastre

et ses brebis, en allant au travail.

Il était toujours là, debout à l’ombre d’un chêne,

appuyé sur son grand bâton.

C’était Edouard , maître berger d’une grande

sagesse, à qui je remis l’agneau.

Il me dit, en me remerciant, « sa mère ne le voudra plus,

tu l’as touché, il n’a plus la même odeur ».

Et en effet, elle le rejeta et le laissa partir,

sans regret, vers le paradis des moutons…

 


************************************************

Voilà mes amis, une tranche de vie, qui me remonte en mémoire.

C'était un autre temps.

C'était une autre manière de vivre, que je regrette beaucoup...

Il y avait autour de moi tant de gens que j'aimais,

et qui sont partis...

C'est la vie, n'est ce pas?



Gros bisous de votre vieille mémé

Repost 0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 20:10

La correspondante du journal local a fait un très joli article sur la dernière bugadière du village,notre amie Renée, que tout le monde appelle familièrement Nénée......
Elle l'a photographiée, agenouillée sur les pierres du lavoir de la source St Michel, où Nénée vient , deux à trois fois par semaine, laver et surtout rincer son linge.
Elle dit : "à la machine, ce n'est pas bien rincé"!
Armée de son savon de Marseille, et de son battoir de frêne, elle frotte, savonne, rince , "bacelle"!
C'est son plaisir!
Certaines personnes aiment faire les vitrines, aller au cinéma, regarder la télé! Elle non! son régal ,c'est laver....
Avant, il y avait toujours quatre ou cinq dames, qui
lui tenaient compagnie...Mais la machine à laver les a éloignées de l'eau claire du lavoir.......
Nénée résiste! Et quand par malheur, la sécheresse fait que la source se tarit, la nuit, elle rêve que l'eau est revenue!

J'étais contente que Valérie la mette à l'honneur...
Parce que Renée est une des personnes les plus douces et les plus gentilles que je connaisse.....
Alors j'ai voulu partager avec vous ce petit bout de la vie dans mon village....
Et j'ai juste oublié un détail....
Elle a commencé à aller au lavoir en 1938...
Elle a 84 ans...........Pas mal, non?

Je lui fais, et je vous fais de gros bisous!
et merci encore à Valérie pour la photo!

Repost 0
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 16:51

Nous sommes toujours , quand le temps se relève, dans nos oliviers!
Une fois la pluie, une fois la neige, et puis cette cisampe de mistral , aujourd'hui vendredi,qui fait que vos oreilles sont raides comme du carton!

regardez comme pépé et Estelle ont bâché!
On dirait des cosmonautes Sibériens!
Moi, pas si couilloti, je m'occupe du feu!

je brûle les branches coupées, et la baouco (herbe sèche)

qui traine, et en même temps, je me chauffe!
Hé hé! ces mémés, tout de même..............
Vous voyez, il y a 4 restanques au cabanon, dont trois sont plantées d'oliviers...Aven pas féni!

j'ai une de ces coupes!
Bonnet blanc ou blanc bonnet?
là, le feu se termine...Je l'empure....ça veut dire : je pousse au milieu toutes les petites brindilles, les bouts qui n'ont pas fini de brûler, pour que ça reste propre!
Bé voui! Je suis un peu casse bonbon!

Ah! vous ne le saviez pas?
Pépé et ma fille oui!
Ils me disent que je suis "roumpi cuoù",
bon, là je ne traduis pas!

Les flaques d'eau ont gelé!
J'espère que pour Noël on aura terminé!
Et si les olives gélent, tant pis!on ne les ramasse plus! Et voilà!
Mais promis, juré, pour cette année, je ne vous parle plus d'olives!
J'en ai ras le bonnet!

Je file ,parce que ce soir, c'est l'anniversaire du caguenis de la maison!
Timothé a 5 ans!

Bisous tout le monde ....

Repost 0
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 18:59

Les jours où le temps est trop froid, avec pépé, nous restons au chaud....
Pas très original ce que je viens de vous écrire, non?
Et pourtant, en ce matin du 24 novembre, nous sommes partis de bonne heure, porter la première partie de notre cueillette d'olives au moulin...
A 8h30, nous avions déballé, et nous sommes repartis.
 il nous reste encore plein d'oliviers à cueillir!

avec Pépé et Estelle, nous sommes couverts comme Saint Georges!
Emmasqués comme pour le carnaval! des bonnets, des écharpes! Le mistral nous "fusille"!

ici pépé a "bâché"!!!!!
Pour tout vous dire, il n'est pas trop campagnard et n'aime pas la cueillette des olives!

mais moi, vieille râleuse, devant cette mer d'oliviers je pousse "à la roue"et je dis:
-"allez, bougeons nous, qu'à Noël on y sera encore"!
Et pourtant, mercredi, quand j'ai vu que le ciel se couvrait, j'ai dit -"restons au chaud"!
Bien m'en a pris!
 Le ciel a lâché vers 13h, une fine pluie de petits grêlons minuscules  qui a fait, sur la terrasse, comme un tapis de neige!
brrrrrrrrrrrrrrrr!

tiens , une bonne part de gâteau, et un bon chocolat chaud, voilà qui a remonté le moral des troupes!
les olives attendront!!!Aujourd'hui, vendredi, pareil!

Un mistral venu de Sibérie, sans doute...

Mais comme nous avons le pichounet en garde, alors repos (!)

Gros bisous à tout le monde!
Si vous ne me voyez pas trop, la semaine prochaine, c'est que je serais remontée sur l'échelle!
Comme les grenouilles!

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 20:47

Comme vous le savez, c'est la saison de la cueillette des olives.C'est un travail assez pénible, quand le temps est froid....
On est immobiles,les pieds et les doigts "gobis" ou quillés sur des escarassons pour attraper les plus hautes
branches....
Le mistral, qui semble se régaler, vient compléter le tableau, en nous cisaillant les oreilles! Quand par malheur une branche vient vous frapper le visage, c'est à en pleurer....
Et pourtant, j'aime bien ....
Quand je suis bien à l'abri d'une restanque, et que le soleil me fait un petit coucou, là, je me régale....
La semaine dernière, avec pépé, on a cueilli les oliviers de notre maison.Une douzaine ....
La semaine qui vient, aïe! pas le même bouillon!
On va attaquer ceux d'Estelle....Il y en a une quarantaine...Si ,pour Noël, je ne suis pas redescendue du cabanon, signalez le au Papa Noël, qu'il me ramène avec son traineau!!!

photo prise à Cabasse, village voisin.Toute la Provence est sur des échelles!

voici mes "fachouires" olives au sel, régal de tout bon provençal.Celles de gauche sont faites, celles de droite pas encore.Il faut une dizaine de jour à les faire sauter dans le saladier avant qu'elles perdent le "lait"....
Mais après! ah!.....Quel plaisir!

j'en fais aussi des vertes, à la cendre....
Neuf jours dans la cendre  de chêne mélangée à de l'eau...Puis on rince, pendant neuf autres jours à l'eau claire

et après ,on fait bouillir de l'eau, avec du sel,(1 kg de sel pour 10 l d'eau) une peau d'orange sèche, du fenouil, de la coriandre, du laurier....Pendant 10 bonnes minutes.
On laisse refroidir, et on met les olives dans cette saumure.
Au bout de 4 à 5 jours, elles sont bonnes à manger et se conservent toute l'année.

Ici, à gauche,l'huile de l'an passé, et à droite, l'huile nouvelle, sortie à peine du moulin, cette semaine...
Le fin du fin, c'est une bonne roustide de pain grillé, frottée avec un peu de fachouires, et arrosée d'huile neuve....
Là, mes amis, c'est le paradis!

Je vous embrasse...."grassement" ...............
mémé.

Repost 0