Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Mémé Mounic
  • Le blog de Mémé Mounic
  • : la vie d'une mémé de Provence...
  • Contact

Recherche

19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 20:06

A Gémenos, dans les bouches du Rhône, existe un coin magnifique qui s'appelle "La Vallée de Saint Pons".

P1100207.JPG


Ma copine Mireille y a emmené ses parents en promenade...

Ses parents , ce sont nos amis Louis et Simone, qui, chaque année , viennent passer leurs vacances en notre village.

P1100268.JPG

Pour tout le monde ici, ce sont "les Marseillais", (sauf pour Edith qui dit: voici les hirondelles!)....


Et le soir, quand nous faisons de grande partie de rigolade sur la place, en prenant le frais, ou que nous marchons au chemin des clèdes, nous les sentons pleinement Flassannais!

C'est sûr qu'ils l'aiment, leur Flassans!


Mais là, ils respiraient l'air de la forêt de Gémenos!

P1100265.JPGEt pendant que Simone la dévote regardait les chapelles..

P1100277.JPGLouis qui adore les animaux , admirait les canards...

P1100272.JPG

Passez un bon hiver les amis!

Vivement l'été prochain! On languit de vous voir à nouveau!

Merci Mireille, pour ces belles images!

De gros bisous à tout le monde. 

mémé

Repost 0
Published by mounic - dans l'amitié
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 20:04

Vous savez que la soupe est la base de l'alimentation , chez les paysans...

J'ai été élevée à la bonne école!

Ma mémé faisait sa soupe dans la cheminée, au feu de bois, sur un trepied forgé ...par mon arrière grand père!

( c'est ce trépied que vous voyez sur l'image; nous sommes des conservateurs dans nos campagnes!!!)


Cela m'arrive aussi, quand l'automne arrive et que je fais les premières flambées, le soir....

Heureusement qu'il y a des couvercles! les cendres volent quand le mistral fait son fou!

25.10.12-017.jpg

  La soupe a un autre goût....celui de mon enfance retrouvée pour un instant.

Ma mémé était "coubiette", c'est à dire économe...Du cochon qu'elle élevait, et que l'on tuait, elle utilisait chaque morceau.Vous en voulez des saucisses, des boudins, des caillettes odorantes!

Et dans ses soupes, il y avait toujours un morceau de ventresque ou quelque "cambajoun" (morceau de jambon cru) qui embaumait....


Nous n'élevons plus de cochons.Juste quatre poules qui nous donnent de bons oeufs.

Mais dans mes soupes, il y a souvent quelque bout de viande ou de saucisse qui flotte!

Parce que nous avons la chance, dans nos petits villages, d'avoir encore de "vrais" bouchers charcutiers.

En ce moment, le nôtre, Rudy, nous régale de succulents boudins, de savoureuses andouillettes et de saucisses salées délectables!

10.nov.12-003.jpg

Mes amis, rien n'égale la soupe de légumes aux saucisses de Rudy, je peux vous l'assurer....

même dans une marmite qui se fait vieille, comme moi!

Mais il est vrai que les vieilles marmites font les bonnes soupes!

Il fallait bien que je vous dise une bétise, n'est ce pas?

 


La courge, le céleri, les pommes de terre, les oignons, les carottes, les poireaux, arrivent tous de mon jardin!

Et comme jardiner et cuisiner sont mes passions,je me dis que c'est sans doute ça, le bonheur!

Vous voyez? Les paysans sont des gens simples..


 

Allez, bonne soupe à tous!

Et gros bisous de votre vieille mémé.


Repost 0
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 19:20


Je vous présente, ci dessous, un billet de Nadine, de Trans.

 
Nadine est une fille  qui connait des tas de choses sur la Provence...Elle avait un super blog sur un site ,mais a dû en changer.Elle me demande de vous communiquer sa nouvelle adresse, ce que je fais volontiers:

Passion Provence http://www.passionprovence.org/

 

Allez lui rendre visite, parce qu'elle est malade,et qu'elle se décarcasse pour faire ses billets.Merci pour elle!

 

Voici donc un de ses billets, sur la PROPRETE ,...avant!

 

**************************

Les dents

 

 
Jusqu’au Moyen Âge, les dents sont rarement frottées mais, quand c’est le cas — dans les milieux nobiliaires —, elles sont nettoyées avec un cordon de soie (esguillette) ancêtre du fil dentaire.
C’est au XIVe siècle qu’apparaissent les premiers cure-dents fabriqués. Quant à la brosse à dents, elle apparaît en Chine en 1498, mais il faut attendre le xviie siècle pour qu’elle soit introduite en Europe. Jusque-là, on se rince la bouche à l’eau ou avec une soupe de vin, voire de l’urine (son usage, attesté depuis le monde romain, disparaît au xvie siècle). Les mauvaises dentitions sont donc choses courantes.
Il faut attendre la Renaissance pour que l’hygiène buccale, afin d’éviter la fétidité de l’haleine et plus encore la perte prématurée des dents, se développe : les premières poudres dentifrices apparaissent ainsi que l’eau parfumée qui rafraîchit l’haleine. Cure-dents, cure-oreilles et cure-ongles se répandent ; toutefois, malgré ces quelques progrès, le sourire n’entre toujours pas dans l’éventail des recettes de séduction. C’est à partir du xviiie siècle que la brosse à dents se répand. Au xixe siècle, les hygiénistes recommandent les gargarismes et le frottage des dents à l’eau. On conseille le brossage après chaque repas, mais pendant l’enfance, les dents sont le plus souvent simplement rincées, ce qui donne des sourires laissant découvrir de nombreuses caries. 

 
Les cheveux

Au début du viie siècle, saint Colomban insiste dans ses monastères sur l’importance du nettoyage régulier des cheveux : c’est pourquoi, pour éviter la vermine et en simplifier l’entretien, les ecclésiastiques prennent l’habitude de se les raser. Mais, en dehors des congrégations religieuses, les cheveux sont peu soignés. Les chapeaux les enferment et les cachent, couverts de parasites qui sont considérés comme un dérèglement des humeurs (lié à l’alimentation) plus que comme une preuve de saleté. Et face à la vermine quotidienne, l’épouillage familial n’est pas rare.

C’est pour cacher son crâne chauve qu’Henri III met la perruque à la mode au xvie siècle, mais le soin apporté aux perruques n’empêche pas les poux d’y proliférer. Si la mode des perruques s’estompe au xviiie siècle, il faut attendre le xixe siècle pour que l’on recommande de savonner fréquemment le cuir chevelu, au jaune d’œuf ou à l’huile d’amande douce. Comme ces recommandations sont peu suivies d’effets, on conseille surtout de couper les cheveux très courts pour éviter poux et teignes. Ce n’est que depuis quelques dizaines d’années que les cheveux sont lavés avec d’autant plus de soins que leur aspect est immédiatement visible.


 

Comment être propre sans eau ?

Les odeurs du corps étaient "effacées" par des frottements et des parfums. Frictions et ablutions sont alors les deux rituels sacrés de la France. Pour pallier la puanteur du corps sale, le renouvellement du linge - signe de classe aussi par sa blancheur, sa matière, son esthétique, devient une règle. Le poudrage des cheveux (qui évite le lavage en entretenant la souplesse), le choix des dentelles comme textile (elles retiennent le parfum), l'eau de cannelle, tenue en bouche pour assurer la fraîcheur de l'haleine, l'usage immodéré du parfum (qui "recrée merveilleusement le cerveau !"), les sachets placés sous les aisselles ou sur les hanches, glissés dans les plis des robes ou les revers des pourpoints sont autant d'instruments de propreté.
Mais, en apparence seulement...

Les premiers à se mettre dans le bain

Un objet inédit apparaît, après 1740 chez les nobles : la "chaise de propreté" ou "bidet". Un peu plus tard, ce sera la naissance des cabinets de toilette, ancêtres de nos salles de bains. Toutes ces innovations prouvent que l'usage de l'eau change fortement au milieu du XVIIIe siècle. Même si son utilisation ne correspond évidemment pas encore à celle d'aujourd'hui.

 
Les salles de bain


Les salles de bains deviennent à la mode sous Louis XVI, avec des cuves en cuivre et des baignoires sabot et, dès 1770, les premières baignoires en tôle popularisent cette diffusion. Toutefois, on se baigne encore souvent dans les rivières, à la grande indignation de certains qui critiquent cette pratique qui s’effectue le plus souvent dans le plus simple appareil à côté des bateaux-lavoirs où se rassemblent les femmes. Puis, à la fin du siècle, des bateaux « toués » abritant les baigneurs des regards indiscrets s’installent au bord des rivières.

 


C’est seulement au xixe siècle que le bain devient une pratique hygiéniste : bain frais pour son action tonique, bain tiède procurant calme et bien être, bain chaud en thérapie. Le développement de l’adduction d’eau publique permet la multiplication des bains publics (125 à Paris en 1850). À la même date, 950 000 Parisiens prennent plus de deux millions de bains, soit une moyenne de 2,23 bains par habitant et par an.

Les bains médicamenteux connaissent une grande vogue avec l’apparition des premières stations thermales, précédant la mode des bains de mer (1820-1840). Alors que la douche n’est encore réservée qu’aux applications médicales, le bain devient un moment accordé à sa propreté, et non plus de détente et de loisir.

 



Jusque dans les années trente, de nombreuses municipalités subventionnent et créent des bains publics alors que dans les logements luxueux, la salle de bains est devenue aussi commune que la cuisine ou la salle à manger.

En 1962, 29% des foyers disposent d’une baignoire ou d’une douche, 48% en 1968, 85% en 1990. Aujourd’hui 44% des Français se lavent tous les jours et 50% se lavent entièrement plusieurs fois par semaine, mais 26% se baignent ou se douchent chaque jour. Et encore y a-t-il des nuances à apporter selon les catégories socioprofessionnelles auxquelles les gens appartiennent, les régions et le sexe : 39% des femmes prennent un bain ou une douche quotidienne contre 19% des hommes.

Repost 0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 20:19

Cette année, à part la tempête de pluie qui nous est tombée dessus, l'automne est clément...

Il y a des journées où l'on se croirait à la fin septembre, quand le temps est si doux....

automne-2012-053--Copier-.jpg

13.10.12-026--Copier--copie-1.jpg

13.10.12-011--Copier-.jpg

 

automne-2012-007--Copier-.jpg

La nature profite de cette douceur pour revêtir de splendides couleurs....

11.nov.12-044--Copier-.jpg

Au Canada, on appelle ça l'été Indien, parait-il....

11.nov.12-022--Copier-.jpg

 

samsung4-002.jpg

La campagne est belle, le savez vous,gens des villes?

automne-2012-015--Copier-.jpgGros bisous de mémé , qui a fait ces photos juste pour vous le rappeler.....................A tous, gens des villes ou gens des champs, une excellente semaine!

 

Avec un beau dimanche, pour commencer!

Que Dieu vous garde....

Jesus-de-treppio.jpg

 

 

 

 

 


1088969655jesus-1.jpgSurtout en santé.

Et sur le droit chemin.

Encore de gros bisous.

mémé la vieille dévote....

Repost 0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:20

 

L'on m'envoie de superbes images de chats!

Je ne résiste pas au plaisir de les partager avec vous.


Voici le RAGDOLL

cahats-ragdoll.jpg

 

 

L'ANGORA TURC

chats-angora-turc.jpg

 

les SPHINX

chats-sphinx.jpg

 

 

le MANX

chat-manx.jpg

 

le DONSKOY

chats-donskoy.jpg

 

 

Le PERSAN

chat-persan.jpg

 

le plus grand chat du monde: le SAVANNAH

chats-savannah-le---grand-chat-du-monde.jpg

 

LE  SOMMALI

chats-somali.jpg

le BRITISH LONGHAIR

 

chats-british-longhair.jpg

 

 

LE BOBTAIL AMERICAIN

chats-bobtail-americain.jpg

 

CHAT SACRE DE BIRMANIE

chats-sacre-de-birmanie.jpg

LE CHAT "SAFARI"

chats-safari.jpg

le chat MINSKIN

chats-minskin.jpg

LE  CHARTREUX

chats-chartreux.jpg

  et le plus beau: le mien,

chat  des collines .......qui n'a pas de nom.

Ou plutôt si:

annick-24-08.07-004.jpg

parfois "Mine" quand il est gentil....


parfois "sale besti" quand il mange les oiseaux!

 

 

Gros bisous

mémé

Repost 0
Published by mounic - dans animaux
commenter cet article
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 19:22

Il y a le temps du muguet, le temps des cerises...voici venu pour nous le temps des olives...

12.11.12-027--Copier-.jpg

Quoi que! le temps est un peu déréglé...Il y a même des iris qui poussent et fleurissent....

12.11.12-014--2-.jpg

Du haut de nos oliviers, avec pépé, ça nous agrémente le spectacle...

samsung4-001.jpg

Certains, dans le village, ont déjà terminé la cueillette.

Nous, ça fait juste trois jours. Mais bon, on a le temps...

nous ne sommes pas encore fin décembre!

On a juste cueilli trois arbres, il en reste une trentaine...

courage!

Et puis ,on fait des pauses....quand arrive notre pétugue!

12.11.12-039--Copier-.jpgpour manger des arbouses dans l'arbre...........

Ou chercher des champignons!

Vous parlez d'un travail, avec ces minots!

12.11.12-029--Copier-.jpgoui, oui! ce sont des champignons!Des chanterelles

12.11.12-031--Copier-.jpgOn dirait des fleurs!

Allez mémé, trève de romantisme!

File cueillir tes olives!

12.11.12-022--Copier-.jpg

Pourvu que le temps reste au beau!

Gros bisous tout le monde!

 

mémé la "frappeuse d'olives"..........

Repost 0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 19:20

Pour ceux et celles qui, dans la région, ont assité à la représentation de la pièce de théâtre

"Les Pieds Tanqués",

et qui, tout comme moi, ont adoré le spectacle,signalons deux représentations, en salle, de la même pièce, à Toulon, espace Comédia, 10 rue Orves, le 30 novembre et le 1er décembre 2012.

Pour réserver? au 04.94.36.19.16................

prix-jean-vilar

D'autre part, l'auteur de la pièce, Philippe Chuyen , édite son livre " Les Pieds Tanqués" aux Cahiers de l'Egaré

Ce livre sortira le 16 Novembre, à la foire du livre, place d'Armes à Toulon.

pieds-tanques-brignoles-03.10.12-028--Copier-.jpg

L'auteur sera présent le 17 novembre de 14h à 18h,

au stand de la Librairie Charlemagne, à cette même foire.


Nous souhaitons au livre le même succès qu'a la pièce de théâtre!

 

Gros bisous!

mémé

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 19:15

Tempête de pluie en ce vendredi!

Heureusement, le soleil est revenu!

mais tout de même, notre brave Issole a fait sa folle, et elle est montée de plus d'un mètre dans la nuit, sans déborder , fort heureusement!

11.nov.12-006--Copier-.jpg

A ce propos, je pense à une chose très importante!

Nos édiles laissent bétonner, dans la rue des Boyers, les remises (garages) où passent les caniveaux qui évacuent les eaux de pluie dans les ruisseaux des près, derrière les maisons.

Ces caniveaux ont été, de tous temps , nettoyés et entretenus.

Il me revient en mémoire mon pauvre père, et le regretté Marius Filéri, descendant dans ces caniveaux avec des pelles et retirant les gravas et autres saletés apportés par le ruissellement des eaux.

A l'heure actuelle, ces accès ont été bouchés dans les maisons concernées (au moins deux) la maison Saldo (qui reçoit toute l'eau de la descente de la rue du dessus)et la maison où le propriétaire (dont j'ignore le nom) a fait un appartement dans le garage (on voit la fenêtre du séjour dans la porte de la remise!)...

inondation_1958_pont_neuf.jpg

Il est a souhaiter que la rivière ne "vienne" pas!

Et ne déborde pas! Je n'ose imaginer les dégâts !!!!!!!!!

Déjà, à la dernière pluie, les garages ont été envahis...

Il faudrait peut être se pencher sur le sujet , s'il n'est pas trop tard...

Car, en plus, à l'heure actuelle, les Boyers reçoivent  l'eau de la grande rue, venant de la route du Luc,je ne sais pour quelle raison.

A la hauteur de la maison de Mr Long, c'est spectaculaire!

Les jours de grande pluie, une visite des élus est nécessaire.Juste pour se rendre compte, quoi!


Et pas qu'aux Boyers!

Une personne de 84 ans , qui a vu son appartement en rez de chaussée inondé,Rue Général de Gaulle, en a été malade.

Et m'en parlait encore hier!

innondation_rue_des_boyers.jpg je ne suis donc pas la seule à tirer ........la sonnette d'alarme!

 

Bonne nuit tout le monde!

Bisous

mémé

Repost 0
Published by mounic - dans mon village
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 21:08

je ne sais pas comment vous êtes, mais moi, quand quelqu'un me "vire" autour quand je fais la mayonnaise ou l'aïoli, c'est le seul moyen pour que la sauce retombe!


C'est recta, la préparation "cague" comme on dit chez nous!

Pépé, qui ne sait pas quoi faire de toute la journée, est toujours collé à mes basques!

Donc, vendredi, je préparais ma mayonnaise.je mets un blanc dans une tasse, à part et le jaune, dans le bol pour la mayo.

Il arrive....Pouf,c'est raté!

je recommence....et de deux blancs d'oeufs....c'est encore foutu!

Au troisième oeuf, je crie, "file de là, tu ne vois pas que ça marche pas?"....

Il s'en va, en rouspétant.

Bon, comme il est parti, ça marche! ouf!

Mais que faire de ces blancs? Des meringues?

Aussitôt dit, aussitôt fait!

Voici donc la recette:

préchauffer le four à 100° (3 ou 4)

battre les blancs (4) d'oeuf en neige, ajouter peu à peu 120 grs de sucre en poudre, en continuant de battre, puis incorporer délicatement 100 grs de sucre glace et 20 grs de cacao en poudre non sucré, tamisé.

Remplir une poche munie d'une douille cannelée et faire des disques de 8 cm de diamètre sur une plaque allant au four, recouverte de papier cuisson, en formant une spirale depuis le centre.

Repasser une fois sur le pourtour de chaque disque pour former un "nid"

Cuire 1 h au four 3 ou 4.Laisser ensuite refroidir a température ambiante une heure.

 

Pendant ce temps, préparer la crème; il faut normalement faire de la chantilly, moi, je l'ai prise en "bombe"!

Faites fondre 100 grs de chocolat (50grs noir, 50 grs blanc) hâché, au bain marie et incorporer à la crème chantilly.

Etaler ce mélange au fond des "nids" et disposer des framboises pour décorer, après, saupoudrer de sucre glace (très peu).

J'ai rajouté des pignons de pin grillés, c'était délicieux!

Mais comme je les ai mangés trop vite, je n'ai pas pris de photo!

je vous mets celle du livre de cuisine, pas très nette! tant pis!

nov.12-001.jpg

Gros bisous de mémé la gourmande!

Repost 0
Published by mounic - dans cuisine
commenter cet article
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 17:34

Voici donc la suite!

la_rouviere.jpgVoici la basse cour du Château de la Rouvière, propriété du Comte de Chevron Villette.

Les personnes que l'on voit sur l'image et qui s'occupaient de la ferme et des vignobles sont certainement les ancêtres des Vola et des Massa qui habitent le village.

Forge.JPGVoici le  maréchal ferrant,le maître de la Forge, le grand au milieu; Il se nomme Jules Gerfroy , et c'est le papa du "petit jeune" tout a droite, qui n'est autre que mon grand père Tonin.En vrai il s'appelait Antonin, mais bon....Trois syllabes , en Provence, c'est un peu long!

les_chasseurs.jpgVoici les chasseurs de la "Grande Bastide"...

accroupi, à gauche, notre ami Robert Malomert.

Debout derrière lui, je crois que c'est Henri Portal , ou son frère Emile, dit le messager.Le Plus grand me semble être Victor Brissi, et celui qui tient les chiens est François Buzit...

Ils sont tous partis au paradis des chasseurs.

les_distileurs.jpgvoici les distilleries ambulantes de l'époque , les alambics, d'où coulait l'eau de vie "l'aïgo ardent"  pour les viticulteurs bouilleurs de cru. Aux "commandes",Mr Brissi, et Mr Blanc.

img195.jpgvoici la "clique" du village, menée de main de maître par Louis Magne (au milieu, le plus grand) maire et conseiller général. Je reconnais , au premier rang,en bas: Françis Courdouan, mon oncle César hermitte, et Louis Portal de Joffrey;

Au second rang je vois Fernand Courdouan, Elie Peleppol, Auguste Turle, Gabriel Perrin,Fernand Gilly, et Georges Rambaud ...

Ma mémoire me lâche!

 

marthe-eugene-georges.jpg

Et voici ma chère Marthe Roux-Sauve avec Eugène (le papa de Georges Sauve, mon ami Crevette) et Georges, mort très jeune ,ses  deux fils..


Beaucoup de personnes qui vont regarder ces images,ne connaissent pas les gens ni les lieux que l'on peut y voir.


Mais parfois, je fais ces billets pour les gens du village ,qui sont partis habiter ailleurs, où ceux qui y habitent encore, car ils me disent aimer revoir leurs anciens....

 

Et ça me fait plaisir...de leur faire plaisir!


Je vous souhaite à tous une bonne semaine...

Avec de gros bisous!

mémé

 

Repost 0
Published by mounic - dans mon village
commenter cet article