Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Mémé Mounic
  • Le blog de Mémé Mounic
  • : la vie d'une mémé de Provence...
  • Contact

Recherche

2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 21:01
Pace et Salute à vous, qui venez sur mon blog!
Pas pour faire le régime, j'espère!
Aïe Aïe! j'ai rendez vous mercredi avec le cardiologue!
Je crois que ça va barder pour mes abattis!
Tant pis! Ce soir, je reviens sur les beignets de Carnaval.
Yvette, nouvelle venue , que je salue, me demande s'il faut du lait dans la recette des "pets de Nono"! qui en réalité sont des "crespéous" Provençaux!
Non , il n'en faut pas!
Comme dans la recette que je vous mets ce soir, en l'honneur de ma belle Corçoise MAREL, (Salut Marylou!) les FRITEDIS CORSES, beignets succulents, que nous avons confectionné ce jour, avec mon Estelounette!

ça s'appelle "mettre la main à la pâte!"

en réalité, ce n'est pas très gras; l'huile doit être abondante et très chaude!

 on sucre bien, dès la sortie du "bain"...........

et on surveille les monstres qui viennent "escanner" (voler) les fritédis! "oh! mémé, c'est trop bon!"
Alors, que je vous donne la recette, tout de même!
Pour :
un kilog de farine,prendre 15 grammes de levure fraîche de boulanger et la délayer dans un peu d'eau tiède, dans un bol.
Battre 3 oeufs en omelette avec une pincée de sel.
Faire fondre 125 grs de beurre.
Et mesurer un verre de sucre.
Vous mettez dans votre bol mélangeur, ou dans un bol avec un batteur,
en premier la farine, puis la levure délayée, puis les oeufs, le sucre, le beurre.
A ce moment là , quand tout est mélangé, vous rajoutez de l'eau tiède, à température de la pièce.
Je ne vous dis pas la quantité, car c'est à la "vue"! C'est à dire que votre pâte doit être lisse, mais pas liquide, je dirais même un peu "collante".
Vous battez bien, puis vous laissez reposer sous un torchon, environ deux heures.
Ensuite , et là, attention aux brûlures! quand l'huile est chaude, vous prenez de la pâte dans vos mains et vous formez de petites boules, que vous faites frire.
Quand la boule est cuite d'un côté, elle tourne toute seule de l'autre.C'est marrant!
Vous sortez à l'aide d'une écumoire et vous posez sur du papier absorbant.
Il faut sucrer tout de suite, à la sortie du"bain"!
Attendez que ça refroidisse un peu pour déguster!
Et voilà!
Pas de lait non plus ici.

Et vive la Corse!
Bisous de votre

Repost 0
Published by mounic - dans cuisine
commenter cet article
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 16:52
Voilà que je reçois aujourd'hui de ma chère Bibi, de jolis photos!
Elle a fêté, avec famille et amies, le Carnaval....
Elle s'était déguisée en ....épouvantail!

voilà pourquoi j'ai intitulé mon billet "un poulit  espaventaù"!
parce que, vraiment, je ne crois pas que personne prenne peur devant un épouvantail si joli!

et souriant! d'habitude, les épouvantails font la grimace! Ici, il sourit de toutes ses dents...........Il ne fera pas fuir les pies et autres oiseaux chapardeurs!

les hommes, c'est bien connu, font dans le "sportif"!!!!

les chars ,bien sûr étaient de la fête!!Hello Mr Mario................

voici celui de ma Bibigne, sur le thème du jardin, bien sûr, avec coccinelle et jolies fleurs! Tout ça fait par des bénévoles!Magique!

C'est comme ça que l'on se marre, avec les copines, dans notre belle Provence!
Merci ma Bibi!Un gros bisou! et un autre pour Nadine et Catounette qui vont dire "Et nous alors?"....
un char entier de bisous à ceux et celles qui viennent lire mes billets!
A ceux que je connais, et aux inconnus!
Votre
Repost 0
Published by mounic - dans les rires
commenter cet article
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 21:25
La première "Miss Mamie" vient d'être élue dans mon village.C'est une chose qui a été lancée par Jean-Claude Comba, Président du club des anciens, "La Renaissance", en ce vendredi 27 février, et la salle Bernard Gavoty était pleine.
Nous avons dégusté un bon repas, préparé par Claudine et Sylvette, nos dévouées cuisinières!

Puis le président a présenté les six candidates

Il avait mis ses lunettes pour ne pas se tromper!
Elles sont montées sur scène, certaines en dansant, d'autres timides et très émues!

Il y avait Suzanne, Paule, Jeanine, Cathy, Nicole et Danielle.
Elles ont chanté, récité des poèmes, dansé, chacune
choisissant la "matière" où elle excellait!
Puis l'assistance à voté! A bulletins secrets; et c'est Jeanine qui est devenue la première Miss Mamie 2009.

elle en ferme les yeux, car les larmes sont arrivées sans crier gare!
Nicole a été élue première dauphine et Cathy seconde.
Quelle belle ambiance! Nous nous sommes régalés!
Bien évidemment, la Reine du jour remettra son titre en jeu l'année prochaine!
Mais si vous la croisez dans la rue, ne lui dites pas "majesté"!!!
Elle est bien trop modeste!
Passez un bon dimanche
Gros bisous de votre
Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 18:02
On me demande la recette des "pets de nonne" de ma copine Nono!
Je ris, parce que comme nonne, c'est pas bien ça!
Ou alors une nonne qui brandit le drapeau rouge de la liberté!!!
Pour le reste je ne sais pas.....................
Je n'ai pas osé intituler mon billet "les pets de Nono"...
Alors  j'ai mis les bugnes!
Mais comme vous êtes toutes très intelligent(e)s, mes cuisinièr(e)s  préféré(e)s vous aurez compris!

voilà, c'est une recette "à peu près", comme font toutes les dames de mon entourage!et même certains Messieurs...Pas vrai Jupi?
On fait toutes ça "à peu près"!
Mais comme c'est bon, personne ne s'en plaint!
< Trois verres de farine ,la moitié d'un verre de sucre , une pincée de sel , trois œufs , un zeste de citron à peau épaisse non traité , la moitié
 d'un paquet de levure , un sachet de sucre vanillé et cinquante grammes de beurre fondu >
 
Tu mets tout ça dans un saladier et tu tournes si c'est trop dur tu rajoutes un peu de lait , mais ça ne doit pas être liquide , ça doit avoir la
 consistance d'une pâte à brioche .Quand ta pâte est finie tu la laisses reposer au moins trois heures.
Au bout de ce temps tu prends une friteuse et quand l'huile est à bonne température tu prélèves des cuillerées de pâte que tu plonges dans la friteuse. Il te faut deux cuillères une pour prendre la pâte et l'autre pour pousser.

c'était la recette des pets de nonne, revue et corrigée par ma chère Noëlle, que je remercie au passage pour me supporter depuis tant d'années!
Allez!
Bonne soirée, je vais aller au lit bonne heure, car j'étais encore invitée aujourd'hui!

allez le régime! la glace au coulis de fraises!!!!
mon voisin François a fini avant moi!
Normal! j'aidais à la vaisselle!

avec mes deux cuisinières, Syl et Claudine!
C'est ça la vie associative!
Je vous raconterais ça demain, promis!
gros bisous

Repost 0
Published by mounic - dans cuisine
commenter cet article
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 18:01
Voici venu le temps du Carnaval!
Les Provençaux ont toujours fêté Caramentran, et dans mon village, au début du siècle dernier, il y avait encore les carreto ramado, ces charrettes toutes décorées de verdure.Des farandoles, et surtout des "débordements"!On jetait des seaux de cendres dans les couloirs, des toupins d'eau sale, ou des restants de "craque d'oli" de la vieille huile, mélangée à de la suie et des plumes de vieux coussins...c'était la galéjade qui ne faisait pas rire tout le monde!
On se déguisait bien sûr, et on faisait boire , avec une louche ,une préparation peu engageante faite dans un pot de chambre (!)neuf, mais barbouillé de boudin....à l'aspect réaliste mais repoussant!
Enfin, on s'amusait, c'était Carnaval!
Les bugadières ne faisaient pas la lessive, entre Carême et Caramentran, on s'offrait des "pets de nonne", comme ceux ci, que m'envoie ma cop'Nono:

Sur le char de Caramentran, se trouvait un mannequin de paille...
On le pendait à un platane, et le mardi, on le brûlait sur la place.Sur ces photos, qui datent de 1922, mon père est en compagnie d'une bande de joyeux lurons, sous le mannequin pendu devant le "cercle des travailleurs" actuelle mairie.

une autre:

et autour du feu, ils chantaient:
"Anan brula lou paure,
lou paure Carnava"!
Je dois dire que nous avons pris, avec moins de "faste" la relève!
Dans les années 60, nous voilà, les filles, déguisées pour le carnaval:

Pour les gens du village,je mets les noms:
en bas de gauche à droite:
Marie Claire Macheras, Christiane Torterolo, Andrée Barra.
Au dessus Mireille Virelizier, Elise Reynier, Danielle Torterolo.
Et tout en haut, la fille Castello (je ne sais plus son prénom!) et Magali Reynier.

celle ci date de 1961:de gauche à droite:
Gilberte Imbert, Raymonde Portal, marcelle guisti,et puis moi!ensuite Ginette Imbert, gisèle Beuil , Maryse Isnard et devant, Mireille Jakimowicz, qui hélas , est décédée.
Vous voyez? c'était bon enfant! On sortait les "vieilleries" des armoires: sacoches, ombrelles, cannes à pommeau, chapeau claque, queue de morue, châles et vieilles foururres mitées!.....
Quelle belle époque!
Maintenant je trouve que les gens manquent d'imagination!
Ils achètent un costume à leur petit et basta!
C'est si rigolo de fouiller les malles dans les greniers!
Vous me direz , qui a encore un grenier?
Allez, zou, mémé, tu radotes!
Adiou Pauré , adiou pauré, adiou pauré Caramentran..............................
Je vous fais un gros bisou.
Bien le bonsoir
Repost 0
Published by mounic - dans souvenirs
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 19:59
Samedi, j'ai eu une journée et une soirée très chargée!
le matin, problèmes mécaniques à une voiture, puis le midi toute la tribu, fils , belle fille, petit fils qui mangent avec nous!
Le soir Paella avec le club des anciens!
Mais à 13h30, un coup de fil m'annonce une visite
surprise!
Notre Soizig22 nationale et son Robert de mari qui font route vers la côte d'azur et qui viennent me faire un petit coucou!
ah la la! c'était pas triste, je vous le dis!
On s'est "reconnues" tout de suite! C'est fou comme des personnes peuvent avoir des points communs!
Moi, je suis un peu "sauvage"! si ça passe, c'est tout de suite, sinon, je fais ma gueule de muette (mais si, je peux le faire! Yes I can!!!!) et c'est fini!
Bé là, ça a passé!
Et même Pépé, d'habitude réservé, a blagué comme une pie!

Ce que c'est tout de même!!!On change en vieillissant!
Voilà! C'était des images d'une belle rencontre!
Qui aurait dit qu'un jour, nous rencontrerions des personnes venant de l'autre côté de la France grâce à Internet?
C'est magique....
Je vous fais un gros bisou!
Bonne nuit....

Repost 0
Published by mounic - dans l'amitié
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 21:21
Avec mes amis et amies du club du troisième âge, nous nous réunissons pour bien sûr, gérer l'association, mais aussi pour manger ensemble et déguster les bons petits plats que nous concocte la trésorière Claudine!
Hier soir, c'était la paella! Excellente!

et copieuse! je vous montre mon assiette..avant!

après, il ne restait même pas un grain de riz!
Puis salade à l'ail, fromages, salade de fruits frais et oreillettes!

préparées par Jeanine, notre ex-présidente....
Ma cop' Sylvette qui l'accompagne, en est gourmande   de ces oreillettes! et moi alors!
On a bu du bon vin, tant pis pour ces gagas qui disent que ça fait mal, et puis la "goutte", après le café!

sans oublier les raisins à l'eau de vie! Il faut ce qu'il faut, n'est ce pas?

A la bonne vôtre! Vous remarquerez, si vos yeux marchent mieux que les miens, qu'au dessus de la porte, il y a un panneau "SORTIE"...............
Au cas où..........on ne la trouverait plus!!!!
Je vous fais de gros bisous!
Votre mémé
Repost 0
Published by mounic - dans l'amitié
commenter cet article
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 18:53
Je viens vous expliquer l'histoire du Lac de Besse.
Ou plutôt sa légende!

Quand j'étais une petite fille, il y a bien longtemps, ma vieille voisine que j'adorais, et qui se prénommait Rose,était native de Besse.
Plus exactement, elle était née , dans les années 1800 et quelque chose, à la Bastide de Buganaï, qui est à ce jour toute écroulée et en ruines....

Elle adorait me raconter des histoires, et moi j'aimais bien l'écouter....
Un jour, elle me dit : écoute bien la légende du lac.

Dans des temps très anciens, à l'endroit où se trouve le Lac, il y avait le quartier des Aires.Le jour de la Ste Anne était à Besse, un jour de dévotion et de prières, le prêtre de l'époque menant la procession par les rues et les ruelles du village, suivi des jeunes filles toutes de blanc et bleu vêtues,des enfants de chœur portant croix et bannières, et de la foule des fidèles chantant les cantiques.
Les hommes, même les mécréants, levaient leur chapeau en guise de respect, sous peine de se faire rappeler à l'ordre par le curé!
Il était bien sûr interdit de travailler ce jour là, pendant la procession et la messe qui suivait.

Or, il advint qu'un paysan,un peu plus mécréant que les autres, et pressé par l'orage qui menaçait, décida cette année là de passer outre, et avec ses gens et quelques amis, il foula son blé le jour de la Sainte Anne!
Les chevaux tournaient sur l'aire, entrainant les gros rouleaux de pierre qui faisaient éclater les épis mûrs...
Le temps était lourd, et le ciel d'un noir d'encre.


Le curé et ses ouailles, arrivant aux aires, stoppent net leur marche...
L'homme d'église ordonne d'arrêter immédiatement le travail.....
Le paysan,dans un rire, claque haut son fouet, pour encourager les chevaux dans leur ronde folle...Les filles de ferme se moquent, et viennent danser une sarabande endiablée sous le nez du curé!
Pris d'un colère abominable, celui ci maudit ces impies et demande au ciel de les punir!
Alors, dans un vacarme de fin du monde, le sol se dérobe sous les pieds des chevaux et des hommes, la terre s'ouvre et engloutit tout pour l'éternité;
une eau verdâtre emplit l'énorme cratère! Tout est fini.Le Lac a remplacé les aires!


Depuis ce temps là, le soir de la Ste Anne, si , vers les minuit, vous allez en barque , sur le milieu du lac, vous pourrez entendre les cris des hommes, le claquement des fouets, et le hénissement apeuré des chevaux....

Il faut juste que la lune soit grosse,et que vous trouviez l'endroit où il faut être pour bien entendre....
Enfin, si vous en avez le courage!
Peu de gens s'y sont aventurés....

Et ceux qui ont entendu , enfin qui disent avoir entendu, ne sont pas très diserts sur le sujet...
Ils sont même bizarres.
Comme ceux qui ont vu des fantômes!

Voilà la légende du Lac de Besse, comme ma chère Rose me l'avait contée,il y a si longtemps.....
gros bisous!
Repost 0
Published by mounic - dans ma Provence
commenter cet article
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 20:41
En ce moment je lis et je relis les romans de Pierre Magnan.J'adore cet écrivain.C'est un génie!
Il est si vrai dans ce qu'il conte! si proche de ma belle Provence!
 Un extrait:
"Pour moi, l'arrivée des moutons sous la plaine me remplissait toujours d'une jubilation interne que je ne faisais partager à personne, car je me méfiais des pragmatiques qui ne voyaient en l'automne que salissure de moutons..."
"le troupeau au loin remuait doucement ses campanes dans son sommeil trempé; les ânes,embossés parmi les brebis avaient de tristes oreilles fanées qui se cassaient par le milieu, de déplaisir"..............

******************************************************************
*******************************************************************
C'est joli n'est ce pas? c'est bucolique, ça sent le suint, l'odeur de la laine,le bruit des sonnailles, le bêlement des fèdes, enfin  tout ce qui nous faisait sortir en courant dans la rue quand nous étions enfants et que les scabots (troupeaux) traversaient le village pour changer de pâture ou pour monter à l'estive...
Nous courions comme les Labris, cette race de chien hirsute, robuste, qui fait marcher les troupeaux au pas, sans même attendre l'ordre des pastres...
Autres temps autres gens.....................................
Mais les ânes sont toujours là!

Pour preuve:
Mon village, qui vivait tranquille au bord de son Issole, a vu arriver en force un foule de gens de la "ville": retraités venus chercher le soleil, jeunes couples travaillant dans le coin, etc....
Ma foi, nous sommes accueillants.
Le soleil se lève pour tout le monde!
Mais la patience a des limites, et un jour ça va déborder!

Que je vous dise:
Un troupeau, appartenant au dernier berger ,traverse le village pour rentrer à la ferme.
Il faut pour cela, emprunter de petites ruelles, pour ne pas gêner la circulation automobile...
Ceci dit, cet "évènement" arrive au maximum deux fois dans l'année.....et le parcours fait dans les 800 mètres.
Le problème, c'est qu'en marchant, les brebis et leurs agneaux lâchent du lest... de toutes petites pétoules noires, que nous, Provençaux appelont des pètes de moutons....c'est ce qui s'est passé vendredi...
Devant les écoles, certaines mamans horrifiées , ramassaient leurs enfants en vitesse! des fois que ça donne des maladies! On ne sait jamais! le mouton lourd, vous connaissez?
L'une d'entre elles a même dit "quand il aura rentré son cheptel, qu'il vienne balayer les rues"!

Un monsieur arrivant de Paris, et n'ayant certainement jamais vu de brebis, a acheté voici peu de temps une maison bourgeoise, dans la rue de l'Horloge.
Quand le troupeau est passé devant chez lui, il a aussitôt téléphoné en mairie...
Le garde municipal a été dépêché sur place.Il a arrêté le berger, l'a fait revenir sur ses pas pour constater les "dégâts"...et le sermonner!.
Vous imaginez les problèmes du second berger pour tenir l'avé en place!
On a envoyé le camion incendie avec des lances, pour nettoyer à grandes eaux le devant de porte de ce pauvre...je trouve pas le mot, je vais écrire jobastre, cela me semble approprié....
Mais c'est quoi ce cirque! Nous entrons dans le jeu de ces imbéciles qui EXIGENT que leur volonté se fasse! Mais Bon sang! nous sommes encore chez nous!
ça ne leur plait pas les moutons? Qu'ils aillent respirer les gazs des chevaux vapeur!
Nos coqs chantent trop fort! Nos tracteurs les empêchent de dormir! les cigales les dérangent dans leur sieste! le crottin des chevaux sent mauvais!
é bé, retournez chez vous! A la ville!si la campagne vous gène, on ne vous retient pas!
Je dis à tout hasard, aux âmes charitables qui ,sans attendre demain, iront prévenir ce charmant monsieur de mes écrits, qu'elles lui disent bien comment je m'appelle.ça ira plus vite! parce que si je le rencontre, il va vite comprendre ! Je le lui dirais en Français! que si jamais le Provençal lui écorchait ses oreilles ...
(j'allais écrire d'âne, mais je me suis retenue!)
Té! je vais mieux de vous avoir raconté ça!

Paurè Pastré!!!!Pauvres bergers! vous aussi , alors, il va vous falloir disparaitre?
Dieu nous garde! nous perdrions notre identité....
Le monde ne va pas bien, les enfants!
Bisous quand même!
Votre mémé.
Repost 0
Published by mounic - dans les colères
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 21:46

Le passager d'un taxi se penche vers l'avant pour poser une question au chauffeur et lui touche l'épaule doucement pour attirer son attention.
>  Le chauffeur lâche un cri, perd le contrôle du véhicule, évite un autobus de justesse, monte sur le trottoir et s'arrête à quelques centimètres de la vitrine d'un magasin !
 Pendant quelques instants c'est le silence, puis le chauffeur, d'une voix tremblante : - Je regrette, mais vous m'avez vraiment fait peur !
 Le passager s'excuse en disant qu'il ne pensait pas qu'un simple touché sur l'épaule pourrait l'apeurer autant.
> Le chauffeur répond : - Ne vous excusez pas, c'est entièrement de ma faute. C'est ma première journée de taxi... Pendant 25 ans, j'ai conduit un corbillard...

Une petite pièce de 20 centimes vient de mourir...

Après une vie exemplaire, elle monte au paradis, un peu inquiète du sort que lui réserve Saint Pierre.

En arrivant, elle est accueillie chaleureusement par tous les anges et Saint Pierre en personne l'embrasse et l'installe sur le plus beau nuage du Paradis.

 On la traite comme une reine, elle-même ne comprend pas ce qui lui arrive.
 

Peu de temps après, c'est un billet de 500 qui passe l'arme à gauche. 

Le voilà aussi au paradis.

Mais l'accueil est nettement plus froid et Saint Pierre lui montre un  discret petit nuage en lui disant que sa place est là.


Lui, le billet de 500, est laissé de côté et personne ne s'occupe de lui, alors que pour la pièce de 20 centimes, tout le monde se met en
4.

Quelques temps plus tard, le billet de 500 n'y tenant plus, demande  à parler à Saint Pierre :

 'Saint-Pierre, comment se fait-il que la pièce de 20 centimes soit traitée comme une reine et que moi, le billet de 500, je sois mis de côté ?'


Et Saint Pierre lui répond : «Toi, tais-toi!. On t'a jamais vu à la
messe».

 Une histoire touchante d'amour et de mariage

 Un très vieil homme était étendu mourant dans son lit.
 Soudain, il sentit l'odeur de ses biscuits aux pépites de chocolat
 favoris.
 Il prit le peu de force qui lui restait pour se lever du lit.
 Se tenant au mur, il se dirigea hors de la chambre à coucher. Et
 avec un plus grand effort, il descendit l'escalier en tenant la rampe
 avec ses deux mains.
 En respirant péniblement, il se tint dans le cadre de porte
 regardant vers la cuisine.
  S'il n'avait pas été à l'agonie, il se serait cru déjà rendu au
 ciel.
 Là, dans la cuisine, sur la nappe, il y avait des centaines de ses
 biscuits favoris.
 Était-ce le ciel ? Était-ce un acte héroïque de sa femme dévouée
 désirant qu'il quitte ce monde en homme heureux ?
 Dans un ultime effort, il rampa vers la table.
 Se soulevant péniblement avec ses mains tremblantes, il tenta de
 prendre un biscuit.
 Soudainement, il reçut un coup de spatule que lui donna sa femme.
 "Touche pas "dit-elle " c'est pour l'enterrement".

Bon,pour ce soir, c'est fini!
je vous dis à demain!
gros bisous de votre:
Repost 0
Published by mounic - dans les rires
commenter cet article